Langue

Dans ce qui serait un paradoxe en France, le ministre espagnol du Budget, Cristóbal Montoro, estimait publiquement le 2 avril que « L’Espagne a besoin de la Catalogne pour sortir de la crise ». Cette affirmation fait suite aux demandes catalanes d’un assouplissement des règles espagnoles appliquées au déficit public de la Catalogne. Ces règles sont contrôlées par la Commission européenne, qui se prononcera en mai sur les nouvelles mesures d’austérité et de fiscalité espagnoles destinées à renflouer les comptes publics. Un report à 2015 du résultat de 3 % de déficit public par rapport au P.I.B., envisagé pour 2014, est possible, mais l’année 2013 se soldera probablement par un déficit de 6 %, face à un critère européen à 4,5 %. Dans ce contexte difficile, M. Montoro, selon lequel 2013 sera la dernière année de la crise, affirme que les Espagnols ont « besoin de la Catalogne pour s’en sortir ».

Croissance industrielle en Catalogne, décroissance en Espagne

Malgré une récession catalane à 1,2 % pour 2012 et un déficit de 283 millions d’euros en janvier 2012, un regain économique supérieur en Catalogne par rapport au reste de l’Espagne, semble envisageable. En effet, sans effets sur l’emploi, les quatre provinces de Barcelone, Girona, Tarragona et Lleida, ont manifesté une croissance industrielle de 2 % en 2012, contre une décroissance de 3,6 % pour l’Espagne, selon l’Institut de Statistiques de Catalogne (Idescat). Par ailleurs, les exportations ont augmenté de 10,7 % depuis 2011, contre 4,6 % pour l’ensemble de l’Espagne. Conjuguée à un niveau de vie et des prix à la consommation sensiblement supérieurs, des charges patronales plus importantes et un système éducatif public moins onéreux, la différence catalane transparaît dans l’aveu du ministre Montoro. Son gouvernement s’emploie, par l’annonce d’un assouplissement des règles budgétaires, à désamorcer le processus catalan vers une éventuelle indépendance.