Langue

En amont du référendum du 1er octobre, consacré à l’évolution institutionnelle de la Catalogne, les prises de position internationales se multiplient au plus haut niveau. Mercredi 13 septembre, la porte-parole du département d’Etat américain, Heather Nauert , déclarait très officiellement : « Nous n’interférerons pas, et nous travaillerons avec le gouvernement qui en sera issu ». Le fidèle relais du Président Donald Trump faisait référence à l’échéance référendaire, lors d’une conférence de presse en présence de médias étrangers.

Pour sa part, le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, affirmait sur Euronews, jeudi 14 septembre : « si le oui l’emporte, nous respecterons cette opinion, mais la Catalogne ne pourra être un Etat membre dès le lendemain de ce vote ».

Jean-Claude Juncker, Euronews, 14 septembre 2017

Partager