Langue

Les rafales d’informations sur le « cas Frêche » et le premier dépliant de campagne de son principal opposant, l’UMP Raymond Couderc, en tandem avec le maire de Prades, Jean Castex, pour le Pays Catalan, profitent au président de la région Languedoc-Roussillon. Seul candidat notoirement connu, grâce à ses provocations, le maître de fait du réseau socialiste régional a reçu cette semaine le soutien indirect de l’UMP, dont le premier dépliant aborde exclusivement son bilan, sans citer son nom, dans un effet manqué, qui le rend plus présent. « Une gouvernance autocratique », « Des villes moyennes négligées », « Matraquage fiscal », « au mépris et à l’oubli du « Peuple Catalan » sont les slogans de ce document, qui renforce le caractère central du président sortant dans cette élection. Alors même que le débat d’idées est totalement absent des flux d’informations livrées au grand public, un sondage Internet réalisé par l’institut Opinion Way avant l’annonce d’une probable union PS-Europe Ecologie contre M. Frêche, indique le leadership de celui-ci au premier tour des élections régionales, avec 24 % des suffrages, suivi par l’UMP Raymond Couderc à 23 %, Europe Ecologie à 12 %, le PS à 11 %, et le Front national, à 10%. M. Frêche serait vainqueur en cas de triangulaire ou de quadrangulaire.

Partager