Langue

La défense du secteur public de la Santé dans les régions montagneuses de la Cerdagne et du Capcir monte d’un cran, ce samedi à Prades, dans le but de préserver l’économie des hauts plateaux du Pays Catalan. Malgré avoir rassemblé 300 personnes face au centre de soins « Les Escaldes » le 8 novembre, 250 personnes le 19 novembre au centre « La Perle Cerdane », puis 200 lors d’un filtrage routier par -5° le 29 novembre, le « Collectif de défense de l’emploi » du secteur, armé d’une pétition comportant 3000 signatures et d’un courrier au ministre de la santé, reste à peu près inaudible et « sans interlocuteur », selon l’aveu de ses responsables. Pour se faire entendre, le mouvement descend vers la plaine et se rapproche des centres de décision perpignanais, en organisant le déplacement de ses sympathisants en bus jusqu’à Prades, où sont prévues une rencontre avec le sous-préfet, le maire Jean Castex et le député François Calvet. Une visite symbolique à l’ANPE de Prades est même prévue « pour pointer du doigt l’éloignement de ce service public », selon le Collectif, notamment soutenu par le Nouveau Parti Anticapitaliste, selon lequel la mobilisation populaire a « sauvé le site de rééducation de Peyrefitte à Cerbère », preuve qu’il est possible de « faire reculer le gouvernement ».

Partager

Icona de pantalla completa