Langue

La partition du Parti Socialiste catalan à Perpignan crée un espoir chez les partisans de la voie liée à Ségolène Royal. Dans ce sens, le comité « Désirs d’Avenir Pyrénées-Orientales » tente actuellement d’attirer les adhérents à sensibilité proche de la candidate de 2007, en marge de la large mouvance du président du Conseil général des Pyrénées-Orientales, Christian Bourquin, mis en congé par la direction parisienne en raison de sa fidélité à Georges Frêche, et de la ligne légaliste incarnée par Jacqueline Amiel-Donat, n°1 du parti à la mairie de Perpignan. Très minoritaire en Pays Catalan, le comité Désirs d’Avenir élira son « coordonateur » le 26 mai à la mairie d’Elne. Sur une ligne socio-démocrate prônée par Dominique Strauss-Kahn et Ségolène Royal, les socialistes les plus européens du Pays Catalan souhaitent profiter des événements du mois prochain, lorsque le PS fixera le destin de ses têtes territoriales, Christian Bourquin et Jacques Cresta, ancien secrétaire fédéral destitué. Mais la ligne de Martine Aubry, majoritaire à Paris comme en Pays Catalan, ne devrait pas ménager de place à ceux qui contestent la légitimité de l’intéressée, élue première secrétaire lors du congrès de Reims, en 2008. Pour compliquer la logique territoriale, Georges Frêche fait partie de ceux-ci.

Partager

Icona de pantalla completa