Langue
La Clau
Les musées de Saint-Cyprien, face à l’enjeu des municipales de septembre
Langue

Pas moins de six listes prétendent aux élections municipales de Saint-Cyprien des 6 et 13 septembre, avant un élagage à l’approche de leur dépôt, prévu jusqu’au 20 août par la préfecture des Pyrénées-Orientales. Mais le silence persiste sur les Collections de Saint-Cyprien, créées en 2005 par modernisation de la politique pour l’Art mise en place en 1972 par l’ancien maire, Jean Olibo. Fermés dès l’élection furtive de l’ex-maire Pierre Fontvieille, le 2 juin 2009, les lieux d’exposition de la ville, dotés de 600 abonnés, ont vécu des temps forts, consacrés en 2007 et 2008 aux peintres Francis Bacon et André Derain, à l’art Yoruba ou encore aux tendances sûres de l’art contemporain. Mais l’amalgame populaire entre un art contemporain, souvent issu de prêts, et un autre, marchand et d’essence bourgeoise, marqué par le XIXe siècle, issu d’achats coûteux et propre à l’ancien maire Jacques Bouille, au cœur d’un trafic évalué à 5 millions d’euros, constitue un obstacle. Pour l’heure, dans des déclarations au magazine Artclair, seul le candidat Thierry Del Poso, en quête d’investiture UMP, prône ce mois-ci le retour à l’affectation initiale du site des Capellans, « qui serait terminé à 95 % », en grand centre d’art.

Partager

Icona de pantalla completa