Langue
La Clau
Les Jeunes de l’UDI du Pays Catalan revendiquent la « génération Y »
Langue

L’organisation d’un débat d’un nouveau genre, rassemblant à Perpignan les jeunesses communistes, socialistes, umpistes et frontistes, le 22 mars, inspire les jeunesses de l’Union des Démocrates et Indépendants (UDI). Dans une réaction transmise à la même date, la frange junior du parti de Jean-Louis Borloo, Jean-Paul Alduy et Romain Grau, s’étonne de ne pas être invitée à la discussion, dans un cadre « démocratique », et estime que la seule présence des quatre formation citées démontre que « notre génération locale est toujours dans le même clivage », avant de juger « anormal que la troisième force politique française ne soit pas sollicitée ». Le 17 mars, une condamnation du procédé était communiquée par les Jeunes Démocrates du Pays Catalan, branche juvénile du Modem, qui évoquaient une « drôle de conception de notre démocratie et de son pluralisme ». Les jeunes de l’UDI attribuent cette absence à un « oubli », un « acte manqué » ou une « volonté ».

Un débat, pour quitter le XXe siècle

Pour exister par elle-même et combler son déficit de notoriété auprès du grand public, les jeunes centristes convoquent la « génération Y« , celle des 15-35 ans « née avec les outils numériques » mais pas « bercée par les combats idéologiques qui ont structuré la vie politique des années 50-90 ». Le 4 avril, elle organise à Perpignan un débat sur ce sujet, dans l’ambition de faire ressortir le « décalage ressenti par cette génération et les propositions politiques qu’on lui fait ».

Partager