Langue
La Clau
Les habitants de Perpignan St-Jacques sont ignorés par les autorités selon le PC
Langue

A Perpignan, les difficultés sociales rencontrées dans les quartiers Saint-Jacques et Champ de Mars interpellent les conseillers départementaux du canton Perpignan 3, qui comprend ces périmètres à précarité élevée (61% des habitants du Champ de Mars vivaient sous le seuil de pauvreté en 2018). Françoise Fiter et Rémi Lacapère, élus du Parti Communiste, reconnaissent par communiqué du 17 septembre que les enjeux de sécurité, de réhabilitation urbaine et de politique de la ville sont des “questions complexes”. Ils estiment que l’avis des habitants “n’est que peu voire jamais pris en compte” alors que le programme de démolitions et de reconstructions en cours, qui mobilise l’Etat au travers du Nouveau Programme National de Renouvellement Urbain (NPNRU) n’associe pas, ou peu, “les premiers concernés”, qui ne sont autres que “celles et ceux qui vivent dans ces quartiers”.

Tout en évitant soigneusement de citer la mairie, dirigée par l’extrême droite, le binôme PC va saisir le préfet des Pyrénées-Orientales, Etienne Stoskopf, pour que les habitants soient consultés et puissent émettre des avis sur la politique de refonte de leurs espaces de vie quotidienne.

Lire aussi :

Rénovation urbaine et identitaire au Champ de Mars de Perpignan
Les 10 nouveaux vice-présidents du Conseil départemental

Partager