Langue

Les élections européennes ont mobilisé 47,63 % des électeurs en Catalogne du Sud, 10,5 % de plus qu’en 2009. Ce record européen dépasse la moyenne espagnole, à 45,58 %, probablement grâce à la participation des électeurs souverainistes. Vainqueur de cette échéance avec 23,67 % des suffrages exprimés, la Gauche Républicaine de Catalogne (ERC), qui a dirigé la République Catalane de 1931 à 1934, n’avait jamais remporté une élection depuis. Elle relègue en deuxième position, à 21,86 %, la coalition Convergence et Union (CiU) du président du gouvernement catalan, Artur Mas.

La Catalogne politique a quitté l’Espagne

Lors de la campagne, CiU et ERC ont défendu ardemment l’Europe comme ombrelle d’une souveraineté catalane à conquérir, Bruxelles étant désirée et Madrid réprouvée. Le référendum sur l’indépendance prévu le 9 novembre, malgré l’opposition du gouvernement central dirigé par le Partido Popular, sort renforcé de ce scrutin, avec 55,83 % des voix, par ajout des 10,3 % de la coalition Initiative pour la Catalogne-Les Verts, favorable à ce processus. En Catalogne, le scrutin européen a réduit le Partido Popular à 9,8 %, contre 26,06 % à l’échelle nationale, tout comme les 23 % du Parti Socialiste Ouvrier Espagnol (PSOE) au niveau général n’ont été que 14,28 % en Catalogne. La carte politique catalane présente ainsi des couleurs extrêmement différentes du reste de l’Espagne, à telle enseigne que la twittosphère regorge de commentaires selon lesquels l’indépendance de la Catalogne est acquise dans les esprits.

Partager