Langue

La mouvance « Désirs d’Avenir » de Ségolène Royal se galvanise en Pays Catalan, autour de 200 adhérents et sympathisants. Cette portion du Parti Socialiste réfractaire à Martine Aubry entend peser sur l’appareil territorial, prochainement reconstitué. En décembre, il retrouvera en effet un secrétariat fédéral, après une année d’immobilisme consécutivement à l’exclusion des amis de Georges Frêche. Cette vacance a profité aux ségolistes, qui organisent le 20 octobre à Thuir l’assemblée la plus importante depuis leur création. Menée par l’universitaire Gentil Puig-Moreno, ce courant ne perd pas de vue, cependant, que Mme Aubry a séduit 61,33 % des 1500 socialistes du Pays Catalan, pour seulement 20,28 % attirés par Mme Royal, lors de l’élection du secrétariat général, en 2008. Justement, le « coordinateur » Puig-Moreno nous avouait ce samedi son intention de surveiller étroitement, dans les prochains mois, la campagne des élections primaires ouvertes, prévues à l’automne 2011. Le but étant que cette élection du candidat PS à la présidentielle de 2012 « se déroule correctement dans les Pyrénées-Orientales ». Désirs d’Avenir 66 craint un retour du malaise de 2008, lorsqu’une « fraude » profitant à Mme Aubry, au sein de la fédération catalane, avait été désignée par les proches de Ségolène Royal.

Partager

Icona de pantalla completa