Langue

La mouvance UMP proche de Dominique de Villepin se soude dans les Pyrénées-Orientales, où le « Club Villepin » organise sa première rencontre publique ce jeudi. A quelques semaines de la fondation du parti « Pour une République solidaire », qui portera la candidature de l’ancien premier ministre à la présidentielle de 2012, le clivage parisien devrait s’illustrer à Perpignan. Le référent dudit club, Antoni Lahondès, annonce ce mercredi une « soixantaine de confirmations » à cette réunion, ouverte aux non-adhérents du parti de Nicolas Sarkozy. Sur une ligne « gaulliste, pas seulement de droite, et même de gauche », selon cet étudiant de l’Université de Perpignan âgé de 21 ans, l’embryon du futur parti, qui fait débat au sein du microcosme perpignanais, devrait réunir plusieurs élus et personnalités UMP, mais aucun grand élu. A cet égard, une rumeur concernant un rapprochement du député François Calvet est démentie par M. Lahondès. Sur un socle de « valeurs républicaines » que ses partisans considèrent déficitaires chez Nicolas Sarkozy, cette formation politique, qui espère accueillir des personnes de la « société civile » tout en ponctionnant l’UMP, devrait à l’évidence créer, en Pays Catalan, des inimitiés entre membres actuels du même parti.

Partager

Icona de pantalla completa