Langue
Législatives en Pays Catalan: le FN peut provoquer deux triangulaires
Langue

Le premier tour des élections législatives qui se tenait ce dimanche 10 juin permet d’entrevoir des modifications de la carte électorale actuelle dans les Pyrénées-Orientales relative aux sièges de députés. Alors que les quatre sièges actuels sont tenus par l’UMP, le second tour de ce scrutin, prévu le 17 juin, devrait comporter deux triangulaires. La première est prévue dans la 1e circonscription, où le député sortant, Daniel Mach, qui attire 28,2 % sur son nom, est suivi par le candidat du Parti Socialiste, Jacques Cresta, à 24,58 %, tandis que le communiste Jean Vila réalise 16,4 % et que le numéro 2 du Front National (FN), Louis Aliot, s’octroie la troisième position en accomplissant un score de 24,14 %. Par ce chiffre, le candidat de l’extrême droite est en mesure de se maintenir au second tour, tout comme, sur la 2e circonscription, la candidate Irina Kortanek, également membre du FN. Celle-ci obtient 23,6 %, contre 32,1 % recueillis par la socialiste Toussainte Calabrèse, 27,7 % pour le candidat UMP sortant, Fernand Siré et 6,6 % pour Françoise Fiter, du Front de Gauche. Dans la visée du second tour, M. Siré tend la main au FN, dans une posture inédite pour les Pyrénées-Orientales.

Ce premier tour donne en tête la socialiste Ségolène Neuville dans la 3e circonscription, avec 37,7 %, contre 30,5 % pour l’UMP Jean Castex, 18,7 % pour le FN Bruno Lemaire et 7,2 % pour Daniel Borreill, présenté par le Front de Gauche. La 4e circonscription comporte une mise en difficulté de la députée sortante UMP, Jacqueline Irles, à 27,2 %, lors d’un premier tour mené par le PS Pierre Aylagas, à 36 %, tandis que la présidente de la fédération du Front National dans les Pyrénées-Orientales, Marie-Thérèse Costa-Fesenbeck, s’adjuge un résultat de 18,4 %. Sur ce même territoire, le candidat du Front de Gauche et maire d’Elne, Nicolas Garcia, accomplit le score de 12,6 %.