La Clau
Le viaduc de Céret fera-t-il pschitt comme Notre-Dame-des-Landes ?

Le projet de construction d’un grand pont à l’entrée de Céret a fait l’objet, les 29 et 30 janvier, d’une consultation engagée par son propre commanditaire, le Conseil départemental des Pyrénées-Orientales (CD 66). Cette démarche s’est soldée par un “oui” fragile, son faible taux de participation questionne sa légitimité. Les électeurs inscrits ne se sont pas déplacés en masse vers les urnes, disposées dans les mairies de 24 communes, dont le Boulou, le Perthus, Maureillas, Arles-sur-Tech, Amélie-les-Bains, Saint Marsal, Corsavy et l’Albère. Juridiquement, à l’inverse d’un référendum ou d’une votation, cette consultation citoyenne ne comporte qu’une simple valeur consultative.

Les opposants dénoncent une “consultation précipitée”

Parmi les opposants de ce projet évalué à quelque 33 millions d’euros, l’association Bien Vivre en Vallespir plaide depuis 2020 contre ce qu’elle appelle le “pont de trop”. Elle relativise la victoire du oui, à 56 %, reposant sur 10,7 % des électeurs inscrits. “Le département qui espérait un plébiscite en faveur du oui est sans doute perplexe”, assurent ses membres, tout en dénonçant une “consultation précipitée”, qui “aurait mérité une campagne plus longue, plus favorable à la participation”. La communication pour le oui, ouvertement assurée par le CD 66, multiplie les interrogations, car cette institution devait encourager la participation et non l’orienter. “Les élus en faveur du oui ont fait jouer les avantages de leur position”, observe l’association, qui espérait une communication institutionnelle ouverte aux deux camps.

Aucune médiatisation nationale

Cette toute première votation territoriale organisée dans les Pyrénées-Orientales n’a aucunement été médiatisée au niveau national, à l’inverse du dossier de l’aéroport de Notre-Dame-des Landes, bien plus important. Visant le Grand Ouest français, cet autre projet envisagé depuis 1974 a justifié en 2016 une consultation mobilisant 500 000 personnes, soit presque la moitié des habitants de la Loire-Atlantique, département concerné au premier chef. Malgré la victoire du oui à cette votation – qui ne constituait qu’un avis non contraignant –, ce projet a été abandonné par le président Emmanuel Macron et son Premier ministre Édouard Philippe, en janvier 2018. Un même scénario est possible pour le viaduc de Céret, dans la mesure où la faiblesse de l’assentiment populaire s’ajoute au caractère symbolique de la votation. Au final, le sujet restant dans un angle mort de l’opinion nationale, le politique pourrait bien décider en faisant fi d’une dimension démocratique qui, elle-même, est à la fois dévoyée et sans valeur.

Un golf gourmand en eau et de la bétonisation ?

L’éventuel viaduc de Céret pourrait précéder une série d’autres réalisations, dans le cadre d’un processus de mise en tourisme des lieux. Un golf serait dans les cartons, avec “ses graves conséquences, notamment sur la ressource en eau ainsi qu’à de l’étalement urbain dans le Sud-Est céretan”, assure Bien vivre en Vallespir. L’association redoute le bétonnage irrémédiable de bonnes terres agricoles et considère le viaduc obsolète : “c’est un projet du siècle passé, ignorant la réalité de la menace climatique. Il est grand temps de travailler à des alternatives beaucoup moins impactantes”.

Un projet de 33 millions d’euros

Le viaduc envisagé au-dessus du Tech est le maillon le plus visible – et le plus coûteux – d’une nouvelle route de 2,7 km qui permettrait d’accéder à Céret en reliant les routes départementales 115 et 618. Cet ouvrage d’art, situé à une hauteur maximale de 25 m, composerait 355 m du nouveau parcours. Un second pont de 70 m enjamberait la rivière Saint Ferréol et trois nouveaux ronds-points seraient aménagés, l’ensemble comportant une emprise de 18 hectares de terrain, dont 8 seraient artificialisés, selon les données techniques fournies par le (CD 66).

Plus de nouvelles
Pétition contre un projet de pont de 330 m à Céret

Pétition contre un projet de pont de 330 m à Céret

Nouvelles: Pétition contre un projet de pont de 330 m à Céret
Partager
Un ouvrage de 3300 mètres qui doit enjamber le Tech
Nouvelles: Pétition contre un projet de pont de 330 m à Céret - Mobile

Elargissement de l’A9 Le Boulou-Le Perthus: le défi continue

Nouvelles: Elargissement de l’A9 Le Boulou-Le Perthus: le défi continue
Partager
Le chantier vertigineux doit être accompli en 2020
Nouvelles: Elargissement de l’A9 Le Boulou-Le Perthus: le défi continue - Mobile

Partager

Icona de pantalla completa