Langue

Dans une douzaine de jours, l’actuel président du Conseil général des Pyrénées-Orientales, Christian Bourquin, sera, dans une probabilité extrêmement haute, élu président de la région Languedoc-Roussillon. L’ancien maire de Millas, vice-président de l’institution régionale depuis 2004, a été désigné ce jeudi à 18 voix contre 13 à son adversaire Damien Alary, par la majorité socialiste de l’hémicycle montpelliérain, composée de 44 membres, pour assurer la succession de Georges Frêche, son ami de 33 ans. Dès lundi, des spéculations consécutives à la disparition du président, dont les plus fantasques ont évoqué jusqu’à 5 candidats possibles, contenaient en premier lieu les noms de Christian Bourquin et de M. Alary, président du Conseil Général du Gard. L’accession de M. Bourquin à la présidence, après la formalité d’une élection interne des 67 conseillers régionaux, le 10 novembre, devrait contenter la direction parisienne du parti, et par là-même résoudre la problématique des 58 exclus. Anciennement fabiusien, celui qui sera le premier président catalan du Languedoc-Roussillon est un partisan de Martine Aubry, alors que M. Frêche s’était posé dès 2006 en soutien de Ségolène Royal. A Perpignan se prépare déjà la vacance de la présidence du Conseil Général des Pyrénées-Orientales, qui sera remise en jeu dans les prochaines semaines. La mort de Georges Frêche aura ainsi entraîné des bouleversements majeurs, en moins d’un mois, en Pays Catalan.

Partager

Icona de pantalla completa