Langue
La Clau
Le sénateur Alduy plaide pour les victimes de la sécheresse 2003 en Roussillon
Langue

Jean-Paul Alduy, en sa qualité de sénateur UMP-Parti Radical des Pyrénées-Orientales, est intervenu publiquement au Sénat le 1er avril sur les conséquences dramatiques, très localisées, de la sécheresse de 2003. Le président de la Communauté d’Agglomération Perpignan-Méditerranée a pris la défense de 144 familles de Perpignan et Cabestany, qu’il considère soumises à « l’acharnement des ministères concernés ». En effet, celles-ci luttent en vain pour la reconnaissance de l’état de catastrophe naturelle dans leurs communes. Dans cette affaire qui dure, un arrêté interministériel de fin 2005, qui exclut Perpignan et Cabestany de la liste des villes concernées par la sécheresse, a été annulé par le Tribunal Administratif, puis un nouvel arrêté de mars 2009, confirmant le rejet, a été annulé par le même tribunal. Ce jeudi, M. Alduy déclare « il en va de la crédibilité de l’État » alors qu’« une autre catastrophe naturelle vient de frapper la côte vendéenne ». En parallèle, son cabinet parlementaire affirme que les victimes « gagneront en appel et en cassation » et avertit que l’indemnisation accordée à d’autres victimes en France a accru le « sentiment d’injustice et de désarroi » de familles du Roussillon, « mises en danger physiquement, financièrement et moralement ».

Partager