Langue

Cette information est mise en contraste par une autre, publiée le 14 octobre.

Réuni à huit-clos, ce lundi 14 octobre, au Palais de Pedralbes de Barcelone, le bloc des partis favorables à la consultation sur l’indépendance de la Catalogne, prévue le 9 novembre, a renoncé à cette échéance. L’exécutif catalan a décidé de renoncer au référendum, jugé inconstitutionnel par Madrid, suite à la signature, le 27 septembre, d’un décret préparé par l’administration catalane pour en instituer le principe. Ces derniers jours, l’organisation de la journée polémique a pris du retard au niveau de la publication de la liste des votants et de la mise en place des bureaux de vote. La désignation des personnes chargées de surveiller le scrutin était également questionnée et la crédibilité du « 9 N » a été atteinte.

La gauche indépendantista veut une déclaration d’indépendance

Malgré le recul, alors même que président catalan, Artur Mas, annonçait solemnellement, samedi 4 octobre, « Nous voterons ;e 9 novembre« , ce dernier dévoilera une alternative au vote référendaire, ce mardi 15 octobre à 10h. Ces proches évoquent un « processus de participation citoyenne » , contenu dans la Loi sur les consultations spécialement approuvée par le Parlement de Catalogne, le 19 septembre. Dans cette nouvelle étape politico-juridique, une tension apparaît au sein du bloc souverainiste, dont la puissante Gauche Républicaine de Catalogne souhaite une déclaration d’indépendance, au Parlement catalan, puis une processus constituant. Fair-play, Artur Mas reste en quête d’une voie académique, légale, que la gauche indépendantiste estimé dépassée.

Partager

Icona de pantalla completa