Langue

La présidente du Conseil départemental des Pyrénées-Orientales, Hermeline Malherbe, dirige depuis juin la Commission du Développement durable de l’Assemblée des Départements de France (ADF). Cette nomination s’appuie sur la politique de long terme développée par la majorité socialiste et communiste du quai Sadi Carnot à Perpignan, politique dont Mme Malherbe partagera l’expérience auprès de l’ADF. Les espaces naturels, que le gouvernement souhaitait transférer aux régions, seront en effet conservés par les départements. Cet acquis est aussi une responsabilité, qui permet d’encourager les entreprises agricoles du Pays Catalan à se convertir au bio.

Rester numéro 1 de France en 2018

Selon le souhait départemental, les surfaces agricoles 100% naturelles, soit 15,8% de l’ensemble en 2014, devront représenter 20% en 2018. Si ce seuil est atteint, l’avantage symbolique sera important, car les Pyrénées-Orientales sont le département le plus bio de France, et comptent le rester. Les 12.800 hectares de bio actuels seraient alors 17.000. Parallèlement, sur un niveau d’exigence inférieur, l’agriculture raisonnée s’accompagne d’un recours aux produits phytosanitaires en chute de 70% depuis 2008.

Partager