Langue

La mouvance des 41 députés du Parti Socialiste dits « frondeurs », constituée autour du label « Vive la gauche ! », a-t’elle ses représentants en Pays Catalan ? Cette hypothèse est soutenue par le Parti de Gauche des Pyrénées-Orientales (PG 66). Sur l’exemple de sa tête la plus visible, Jean-Luc Mélenchon, démissionnaire du PS en 2008, son représentant à Perpignan, Francis Daspe, appelle les « affligés » à rejoindre le Mouvement pour la 6° République, fondé par son parti en septembre. Cette démarche, présentée sur un communiqué, est ouverte à tous les volontaires, indépendamment de leur appartenance politique à gauche.

Le PG 66 espère que les ralliements au Mouvement, exprimés ailleurs en France par des « responsables nationaux, fédéraux et locaux du Parti Socialiste et du Mouvement Jeunes Socialistes », trouve ses équivalences dans les Pyrénées-Orientales. Chez les députés PS du territoire, Jacques Cresta, Robert Olive et Pierre Aylagas, le signal donné en août est contraire, car ils ont tous intégré « L’appel des 200 », soutenant les politiques de François Hollande et Manuel Valls. Francis Daspe, le « monsieur éducation » de J.L. Mélenchon, déplore l’absence de socialistes du Pays Catalan sur la première liste établie, raison pour laquelle il lance un appel aux déçus.

Partager

Icona de pantalla completa