Langue

Si le débat souverainiste de la Catalogne est devenu un sujet international depuis 2010, la question basque pourrait s’inviter dans le concert politique et médiatique européen. En effet, le mouvement indépendantiste basque s’est exprimé ce dimanche 21 juin à Pampelune, Saint-Sébastien mais aussi Bayonne, où manifestations ont pris la rue. Une chaîne de 15 km de tissus multicolores employés dans la fabrication d’immenses urnes symboliques a fixé les images de la journée. Car la structure organisatrice, intitulée Gure Esku Dago (Nous le tenons dans nos mains) réclame le «Droit à décider», expression empruntée au gouvernement catalan. Le Stade San Mamés de Bilbao, celui du club de football Athlétic Bilbao, a reçu un meeting en présence de 20.000 personnes favorables à la maîtrise du destin de la nation basque.

64% de députés indépendantistes au Parlement basque

Déjà, en 2014, une chaîne humaine composée de 150.000 personnes avait été mise en place au Pays Basque pour sensibiliser les citoyens. Mais ce dimanche 21 juin 2015 est un tournant, car le mouvement, soutenu par la gauche majoritaire et indépendantiste Bildu, l’est aussi par le Parti Nationaliste Basque (PNB), de centre-droit et majoritaire, historiquement plus timide sur la souveraineté. La majorité syndicale basque est également parte prenante du processus. Depuis le cessez-le-feu de l’organisation terroriste ETA en 2011, l’indépendantisme basque ne souffre plus de criminalisation, tandis que le Parlement du territoire comporte 64% de députés indépendantistes à des degrés variés, 27 pour le PNB et 21 pour Bildu. Mais la fébrilité du gouvernement espagnol par crainte d’un rétrécissement territorial de l’Espagne revient. Pour preuve, le Partido Popular basque, antenne de la formation du Premier ministre Mariano Rajoy, accuse le PNB de «miser clairement» sur la «voie catalane et l’indépendance». A l’échelle européenne, les cas basque et catalan font exception, car les autres territoires en désir d’émancipation, comme les Flandres belges et l’Italie du Nord, sont partiellement ou intégralement liées à l’extrême droite, à l’image du parti Vlaams Belang, ami du Front National.

Partager

Icona de pantalla completa