Langue
Le Partido Popular espagnol « fabrique » des indépendantistes catalans
Langue

Une manifestation géante se profile pour le 11 septembre à Barcelone et des élections pouvant donner une majorité parlementaire indépendantiste en Catalogne sont prévues le 27 du même mois. Face à ces deux étapes, le Premier ministre espagnol, Mariano Rajoy, membre du très droitier Partido Popular (PP), est poussé par le Catalan Josep Antoni Duran i Lleida. Celui-ci, leader du parti de droite Union Démocratique de Catalogne, opposé à l’indépendance, défend cependant un statut singulier pour la Catalogne. Ce mercredi 19 août, le chef de l’exécutif en poste à Madrid s’est déclaré opposé à toute réforme de la Constitution. L’inclusion de dispositions spécifiques à la Catalogne calmerait la grogne citoyenne et la vague souverainiste apparue en 2010. Mais «ce n’est pas le moment adéquat», souligne M. Rajoy. Sa formation politique «n’acceptera jamais» cette éventualité si l’unité de l’Espagne est remise en question.

Un argument de plus pour le souverainisme

La prise se position de Mariano Rajoy comporte un risque, car M. Duran i Lleida, mais aussi le Parti Socialiste Catalan, non indépendantistes, souhaitent une autonomie plus forte. Le refus ministériel fournit à l’indépendantisme l’argument supplémentaire d’un verrouillage madrilène. Il confirme la théorie, répandue en Catalogne du Sud, selon laquelle la stratégie frontale du PP fabrique des indépendantistes.