Langue

Le parti politique néo-nazi Aube Dorée, fondée en Grèce en 1985, a été légalisé en Espagne le 1er novembre 2014. Cette formation radicale, caractérisée par des campagnes extrêmement agressives contre l’immigration, est dirigée sur la péninsule ibérique par Antonio Vicedo, qui a fait déposer des statuts à Alcoy, dans la province d’Alicante. En 2008, ce militant engagé dans les mouvances d’extrême droite espagnoles a concouru aux élections « générales » espagnoles au nom d’Alianza Nacional, un autre parti, qui défend la « notre sang, notre race ». Amanecer Dorado, version espagnole de la formation originelle, adopte son insigne, le svastika en son temps employé par le parti National Socialiste d’Adolf Hitler, selon un graphisme modifié mais inéquivoque.

« Les Espagnols d’abord »

A l’inverse d’autres pays européens, l’extrême droite est fragmentée en Espagne. Le pays, peu regardant en la matière, compte plusieurs organisations ouvertement fascistes, sur l’exemple du Mouvement Social Républicain (MSR), fondé en 1999 sur une idéologie opposée à la monarchie, et de Démocratie Nationale, lancé en 1994 sous le slogan « Les Espagnols d’abord ». Alliance Nationale, également républicain, prône la « révolution nationale », à la façon du maréchal Pétain. Parmi ces partis, la Phalange Espagnole, fondée en 1933 par José Antonio Primo de Rivera, fils aîné du dictateur Miguel Primo de Rivera, s’est scindée en deux branches, qui revendiquent son nom. En termes électoraux, la coalition « L’Espagne en marche » a obtenu 78.000 suffrages aux européennes de mai dernier.

Partager