Langue

La formation centriste Convergence Démocratique de Catalogne (CDC), lancée en 2006 à Perpignan en succession du parti Bloc Català, envisage l’année 2016 comme une période de transition. En une décennie, le parti leader en Catalogne du Sud, sous l’impulsion du président catalan Artur Mas, a percé dans les esprits en Catalogne du Nord, sans bouleverser l’échiquier politique. Mais l’accession des nationalistes corses à l’assemblée du territoire, en décembre dernier, inspire CDC. La cérémonie des voeux du parti, organisée ce mercredi 6 janvier à Perpignan, a été l’occasion de mettre en avant l’exemple insulaire, dont les idéaux ont été «structurés en 1975», avant une traduction victorieuse «40 ans plus tard», détaille un communiqué. Le président de la formation, Jordi Vera, défend la «prise en main territoriale» pour mettre fin au «néant des politiques économiques», aux «lotissements invasifs» et aux grandes surfaces qui «rognent le foncier agricole». Ces revendications, a priori partagées par un large électorat, devront cependant se traduire en bulletins de vote.

Le président Jordi Vera quittera son poste cette année

Pour effectuer sa mue et tenter de viser un objectif semblable à celui de la Corse, CDC organisera son prochain congrès dans le courant du printemps. Son président depuis l’origine, Jordi Vera, s’attelle à identifier un successeur à même de relever ce défi, sur «l’expérience des anciens» et la dynamique des plus jeunes.

Partager