Langue

Le Parlement catalan, à Barcelone, a choisi Pere Aragonès pour président de la Generalitat de Catalunya, le gouvernement autonome de la Catalogne. Ce vendredi 21 mai, la chambre a voté pour ce membre d’Esquerra Republicana de Catalunya (ERC), le parti de centre-gauche favorable à l’indépendance du territoire.

P. Aragonès, âgé de 38 ans, était jusqu’à présent vice-président du gouvernement et ministre-conseiller de l’Économie. Licencié de Droit, titulaire d’un Master d’Histoire de l’économie, formé à la Kennedy School of Government de l’Université d’Harvard (USA), cet ancien élève d’une institution catholique de Pineda de Mar, au Nord de Barcelone, a reçu les suffrages des députés de son parti et de Junts per Catalunya, la formation de centre-droit dont fait partie Carles Puigdemont, président de la Catalogne exilé à Waterloo depuis 2018.

L’Écosse citée en modèle

La feuille de route annoncée par Pere Aragonès comporte la finalisation du “procés”, nom par lequel est nommé le processus souverainiste entamé en 2010 par le Président Artur Mas. “Je présente ma candidature à la présidence de la Generalitat pour rendre possible la culmination de l’indépendance de la Catalogne”, a déclaré , préalablement à son élection, celui qui envisage fortement une “confrontation civique et pacifique” afin d’obtenir une Catalogne de plein exercice, libérée de la tutelle espagnole. A cet effet, Pere Aragonès a cité le modèle britannique : “je souhaite faire comme en Ecosse (…) je veux un référendum d’autodétermination”. Une telle possibilité est une “fantaisie” selon Carles Puigdemont, qui s’est exprimé sur le sujet en février.

Partager