Langue

Le manque de leadership à la tête de l’UMP encourage le secrétaire départemental du parti dans les Pyrénées-Orientales, Daniel Mach, à souhaiter très fortement le retour de Nicolas Sarkozy. Dans un courrier enflammé, adressé le 5 juin à l’intéressé, le maire de Pollestres estime que l’UMP « tremble sur ses bases » et que la France « est à genoux ». Sur sa missive à en-tête de l’UMP, il juge que le pays « manque cruellement d’un leader naturel » et croit savoir que « certains Français commencent à avoir honte de l’être », face au « manque d’ambition » et à la forte « impopularité du président de la République ». L’élu, qui se revendique parmi les « plus fidèles » à Nicolas Sarkozy, est « atterré » au constat que certains de ses « anciens lieutenants » perdent « littéralement et publiquement la tête ». Ce plaidoyer pour un retour « incontournable » de l’ancien chef de l’Etat est une « question de salut public pour sauver notre patrie », selon le 4e vice-président de l’Agglomération Perpignan Méditerranée. Au nom des adhérents de la fédération UMP des Pyrénées-Orientales, dont il relaie les « souhaits »; il cite le général général de Gaulle associant la « grande puissance » française à la « grande politique » et perçoit l’ancien Président comme « le seul qui puisse mener cette grande politique et redonner sa grandeur à la France ».

Dissolution de l’assemblée ou de l’UMP ?

Suite à la démission de Jean-François Copé du poste de président de l’UMP, le 27 mai, dans le tumulte de l’affaire Bygmalion, 65 % des Français sont favorables à une dissolution de l’UMP pour créer un nouveau parti d’opposition. Ce résultat figure sur un sondage OpinionWay, publié vendredi 6 juin. Parallèlement, Daniel Mach est favorable à une dissolution de l’Assemblée nationale, une idée dont un site internet rassemble les partisans. Cette option est également défendue par Hervé Morin, dirigeant de l’UDI, et Marine Le Pen.

Partager

Icona de pantalla completa