Langue

Le maire du Barcarès, Alain Ferrand, a proposé d’accueillir 30 familles de réfugiés, ce samedi 12 septembre à Paris. Le premier magistrat de la commune littorale, membre des Républicains, assistait à une réunion de maires convoquée par le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve et le Premier ministre Manuel Valls. «C’est mon devoir d’élu», a affirmé l’intéressé lors de cette rencontre d’information, en présence de 700 représentants de communes de France. Alors que certains maires ou adjoints s’étaient déplacées pour prendre des renseignements, ce représentant du Pays Catalan s’est signalé par une intention directe et concrète. Mais l’aide financière prévue par l’Etat, 1000 euros par personne, «ne va pas couvrir toutes les dépenses», juge Alain Ferrand.

A différences échelles communales, dans les Pyrénées-Orientales, ce projet est aussi celui du maire d’Alénya, le communiste Jean-André Magdalou, qui s’engage à agir dans les faits, selon une indication reçue ce même samedi. Le maire de Pézilla-la-rivière, le sans étiquette Jean-Paul Billès, a manifesté une même intention, tandis que Perpignan hésite.

Partager

Icona de pantalla completa