Langue
La Clau
Le maire de Saint-Cyprien Jacques Bouille, en prison au moins jusqu’en août
Langue

Le maire UMP de Saint-Cyprien, Jacques Bouille, en prison préventive depuis le 17 décembre 2008, ne sera pas libéré, selon une décision de la cour d’appel de Montpellier communiquée en fin de journée d’hier. Plus de quatre mois après son incarcération à Perpignan, le premier magistrat, présumé responsable de corruption, blanchiment et trafic d’influence, avait formulé une demande de liberté, le 10 février, auprès de la Chambre de l’instruction de la cour d’appel de Montpellier, mais le tribunal de la ville lui avait signalé son refus le 17 février. Arguant alors de l’éventualité de défaillances morales, M. Bouille n’avait pas réussi à convaincre la justice, qui l’a affecté à la prison par crainte de pressions sur les témoins. La décision formulée hier, contestée par l’intéressé et mise en délibéré, pourrait signifier une période de quatre mois de prolongation. Parallèlement, le directeur de cabinet de la mairie, Rémi Bolte, placé en garde à vue le 30 mars, ne rejoindra pas la prison, en dépit de la volonté du parquet de Perpignan. Hier, la cour d’appel de Montpellier a néanmoins annoncé le placement sous contrôle judiciaire de l’agent administratif, mis en examen notamment pour « corruption active et passive ».

Partager