Langue

Le maire-sénateur de Perpignan Jean-Paul Alduy profite de son mandat parlementaire pour s’investir dans la longue distance et dans l’international, prenant parfois de court et de haut la classe politique du Pays Catalan. Après un bref séjour aux USA, il y a un mois, en prélude à la présidentielle américaine, Jean-Paul Alduy recevait, mardi soir à Paris, dans les salons du Sénat une quarantaine de jeunes Catalans de 18 à 35 ans, expatriés pour raisons professionnelles. Lors d’un buffet arrosé de vins du Roussillon, le maire a « vendu » les deux projets phares du Perpignan tel qu’il le conçoit pour 2020, lorsque certains des jeunes exilés seront entrés au pays : la nouvelle gare TGV et le futur Théâtre de l’Archipel, deux mamelles de l’avenir de la capitale des Pyrénées-Orientales encore perçues comme virtuelles. Le staff de Jean-Paul Alduy a profité de l’occasion pour distribuer aux jeunes gens deux documents consacrés à la la politique perpignanaise du logement. Par cette rencontre aux allures pré-électorales, car la remise en jeu de sa victoire de mars 2008 est entre les mains du Conseil d’Etat, M. Alduy a confirmé son intérêt pour l’avenir du terrirtoire tout en révélant que la campagne électorale se joue aussi à l’extérieur.

Partager