Langue
La Clau
Le maire de Perpignan J.M. Pujol se lâche dans la presse sud-catalane
Langue

Un peu plus de 100 jours après son accession à la tête de la Ville de Perpignan, Jean-Marc Pujol, premier maire pied-noir de la capitale du Roussillon, se confie de manière inédite à la presse sud-catalane. M. Pujol, qui souhaite « situer Perpignan dans l’espace économique de Barcelone et de la Catalogne », car, selon lui, sa ville est située « trop loin des centres de décision français », se lâche littéralement dans le journal El Punt, en avouant, au sujet de l’essor économique sud-catalan : « autrefois, les gens du Nord avions les voitures les plus jolies. Ce n’est plus le cas ». Au sujet du tourisme, M. Pujol considère que la Costa Brava est « montée en gamme, alors même que notre côte a baissé », et avoue l’inavouable au sujet de l’aéroport de Perpignan, qui « ne peut pas être rentable », tandis que « celui de Girona est une chance extraordinaire ». L’élu UMP juge « irréversible » l’attirance des habitants des Pyrénées-Orientales vers le Sud, avec pour vecteur le TGV, et tente de contrer les opposants à l’ouverture au Sud en lâchant « si 10% des Perpignanais partent à Barcelone et si 1% des Barcelonais viennent à Perpignan, ce sera merveilleux. Interrogé sur la conscience populaire de la politique catalane de Perpignan, le maire répond par la négative et indique « tout le monde s’intéresse d »abord au quotidien ».

Partager