Langue

Le nouveau maire de Girona, Carles Puigdemont, élu le 22 mai et en passe de prendre ses fonctions vendredi 1er juillet, a choisi un engagement solidaire pour faire face à la crise. Il a en effet décidé de renoncer au salaire qui lui est réservé en tant que premier magistrat, dans le but de réduire les dépenses de fonctionnement de la municipalité. M. Puigdemont, qui assume également un poste de député au nom de la coalition centriste Convergence et Union, se contentera du salaire réservé à cette dernière fonction, qui exige une présence régulière au Parlement de la Catalogne, à Barcelone. Selon son propre calcul, présenté vendredi dans une interview accordée à l’agence Europa Press, ce choix permettra d’éviter une dépense de 500.000 euros jusqu’à la fin de son mandat, qui expirera en 2015. D’autre part, le conseil municipal de Girona, précédemment à majorité socialiste, sera réduit à 10 délégations, contre 17 jusqu’à présent. Cette évolution, qui entraînera une gouvernance nouvelle, suscitera une économie importante.

Le nouveau maire, qui prend les rênes de la ville de Girona après une première tentative effectuée à l’occasion des élections municipales de 2007, s’apprête à appliquer dans sa ville, à sa mesure, les stratégies financières drastiques mises en places depuis 6 mois par gouvernement de la Generalitat de Catalunya, dont il partage la couleur politique. Dans ce sens, il souhaite agir en s’appuyant sur un « gouvernement », au sens municipal du terme,« austère et resserré ».

Partager