Langue

Le coût de fonctionnement et de maintenance du Train jaune interpelle la tête de liste “Les Républicains” aux élections régionales dans les Pyrénées-Orientales, Stéphane Loda. L’élu constate que certains jours d’hiver, la ligne reliant les régions du Conflent et de Cerdagne ne transporte parfois aucun passager. La désaffection du Train jaune étant une réalité, les projets de fermeture de la ligne étant envisagés par la SNCF depuis 1968, S. Loda propose une solution intermédiaire, la mise à l’arrêt annuelle, au sortir de l’été, avant une réactivation du train neuf mois plus tard.

Une ligne “concurrencée” par la RN 116

Cette solution viendrait à envisager le Train jaune comme outil touristique et non plus comme moyen de transport au services des habitants du territoire. Stéphane Loda, maire de Canet-en-Roussillon et vice-président de Perpignan Méditerranée Métropole, secrétaire départemental des Républicains dans les Pyrénées-Orientales, affirme une position libérale fondée sur le réalisme économique. Son positionnement heurte frontalement la stratégie de la région “Occitanie”, qui défend le Train jaune comme élément patrimonial, moins aussi comme moyen de transport… tout en organisant la régionalisation de la RN 116, bien plus efficace que le Train jaune, hors journées fortement enneigées.

Partager