Langue

Le parti politique « Plataforma per Catalunya« , fondé en 2002 dans la ville sud-catalane de Vic, s’introduit dans les Pyrénées-Orientales après s’être déclaré en préfecture de Perpignan, en 2011. Cette formation a pour slogan générique « Primer els de casa » (Les gens de chez nous d’abord), proche du « Français d’abord » du Front National (FN), et pour président-fondateur le vendeur en produits cosmétiques Josep Anglada, élu de la ville de Vic. Celui-ci effectuera son premier passage officiel à Perpignan le 28 juillet, le temps d’une réunion à l’accès filtré, selon une communication effectuée le 21 juillet par son secrétariat en Roussillon. Minoritaire mais médiatique, Plateforme pour la Catalogne a pénétré les conseils municipaux de Vic et Manlleu, dans la province de Barcelone, ou encore du Vendrell, dans la province de Tarragona. Ce parti a également percé à Salt, dans la banlieue de Girona, lors des élections municipales de 2011. A cette occasion, il a reçu les encouragements de Marine Le Pen, dans le cadre d’une internationale d’extrême droite qui réfute ce terme au profit des adjectifs « identitaire », ‘patriote » ou « populiste », ce dernier de plus en plus assumé.

Un clip vidéo potentiellement interdit en France

Dans les villes sud-catalanes à forte présente musulmane, cette plateforme met en scène et canalise certains mécontentements autochtones. Ainsi, en 2011, à la faveur d’un cadre légal espagnol proche de celui des USA, Plateforme pour la Catalogne a diffusé un clip vidéo provocant où apparaît une Catalogne intégralement islamisée. Selon la doctrine composée au sud, la section nord-catalane de cette formation insiste ainsi sur l’immigration, l’insécurité, la tolérance zéro et les valeurs de la famille. Son porte-parole, Llorenç Perrié, entend semer le trouble dans un paysage politique en recomposition, dont l’éventail à sensibilité catalane, teinté de mai 1968, s’exprime peu sur les modèles de société et démontre une panne électorale.

Partage du gâteau d’extrême droite

Les scores du Front National, que ce parti souhaite capitaliser à l’occasion des élections municipales de 2014, concentrent un réel gisement d’extrême droite dans les Pyrénées-Orientales. Dans cette masse, Plateforme pour la Catalogne Nord vise les franges compatibles avec le nationalisme catalan, face au nationalisme français exprimé par le FN. Le degré de décentralisation souhaité détermine le clivage de cette mouvance générale.