Langue

Dans un article consacré à l’implantation du Front National (FN) dans les Pyrénées-Orientales le 30 janvier, La Clau évoquait l’invariable organisation d’évènements internes du parti de Marine Le Pen à l’extérieur de Perpignan. Le 31 janvier, dans un droit de réponse, la secrétaire départementale du FN, Marie-Thérèse Fesenbeck, justifie cette présence extra muros. L’ancienne conseillère municipale de Perpignan affirme que l’obligation de location de salles à l’extérieur de la ville est due à l’absence d’espaces pouvant y recevoir « jusqu’à 500 personnes ou plus ». A ce motif logistique s’ajoute une allusion au maire UMP de Perpignan, Jean-Marc Pujol, indirectement invité à « louer gracieusement à notre Association loi de 1901, une salle du Palais des Congrès ». Enfin, la conseillère régionale précise que les associations loi de 1901 « ont le droit d’occuper gracieusement des salles communales ».

Le candidat Louis Aliot, présent depuis 2002 à Perpignan

Par ailleurs, notre « mauvais procès », ainsi estimé par le FN, est compensé par l’affirmation : « Vous serez bientôt étonné de la diversité sociale de la liste menée par Louis Aliot sur Perpignan et vous ne pourrez ainsi le dénigrer comme candidat qui, je vous le rappelle, défend les couleurs du Front national depuis 2002 ». Dans l’immédiat, un site Internet adossé à une association, « Perpignan ensemble », est en préparation. En outre, parmi les communes extérieures à Perpignan, notre article omettait Bompas, où un meeting de Marine Le Pen s’est déroulé le 11 mars 2011.

Partager

Icona de pantalla completa