Langue
La Clau
Le Front National Louis Aliot, en campagne pour Perpignan et Strasbourg d’un seul coup
Langue

Outre être le plus jeune des candidats en capacité de jouer un rôle décisif à Perpignan dans le cadre d’hypothétiques nouvelles élections municipales, Louis Aliot, secrétaire général du Front National et tête de liste aux élections européennes dans la grande région Aquitaine-Midi-Pyrénées-Languedoc-Roussillon, sème le trouble, cette semaine, par un coup médiatique. En effet, l’affiche de sa campagne, sur fond de portrait de Jean Jaurès lançant « A celui qui n’a plus rien, la patrie est son seul bien », citation à laquelle le FN ajoute « Jaurès aurait voté Front National », occasionne une double entrée en campagne, autant pour Strasbourg que pour Perpignan. Pris au jeu, ce jeudi, dans un communiqué intitulé « Non, Jaurès n’aurait pas voté pour le FN ! », le président de la région Languedoc-Roussillon vilipendait un « slogan ignoble », qui constitue une « injure à l’homme d’Etat que fut Jaurès », dans une stratégie « semant la confusion dans les esprits ». Le 18 mars 2008, le candidat Louis Aliot, parachuté en Pays Catalan, avait obtenu 10,48%, soit 4368 voix, au second tour des municipales perpignanaise, sachant la ville propice aux résultats record pour l’extrême-droite, dans le souvenir des 33% obtenus en 1995 par son prédécesseur Jean-Louis de Noell, face au maire Jean-Paul Alduy.

Partager