Langue

Dans leur programme pour les élections régionales, la candidate du Front National en Languedoc-Roussillon, France Jamet, et la tête de liste dans les Pyrénées-Orientales, Louis Aliot, abordent le sujet de l’approvisionnement du Roussillon en eau du Rhône. Dans le cadre de la « lutte contre la sécheresse », le FN se prononce pour son acheminement « seulement jusqu’aux Pyrénées-Orientales », via une adduction dédiée, mais en aucun cas vers la Catalogne du Sud. Ce projet, actuellement absent des débats, a motivé en novembre 2008 une proposition du président régional, Georges Frêche, au président du gouvernement catalan José Montilla, portant sur un raccordement au Sud, c’est à dire au territoire espagnol. En mai 2009, le gouvernement espagnol, arguant d’une expertise espagnole selon laquelle le Rhône serait l’un des fleuves les plus « contaminés » d’Europe, a déconseillé cette idée, alors même que Barcelone lançait un vaste plan de dessalinisation de l‘eau de mer. Le souverainisme du FN s’exprime ainsi dans la défense des ressources françaises, autour de l’eau, mais ne s’oppose pas à la ligne à Très Haute Tension (THT) Baixas-Bescanó, dont les 400.000 volts fourniront la Catalogne du Sud en électricité bien française dès 2013.

Partager