Langue

Un bref échange de tirs politiques s’est produit ce dimanche 30 juin en Pays Catalan, au lendemain de la première édition d’un « Marché transfrontalier » organisé la veille par la mairie du Soler, commune de l’Agglomération Perpignan Méditerranée. La candidate aux élections municipales de mars 2014 pour le compte du Rassemblement Bleu Marine / Front National dans cette ville, Marie-Hélène Pelras, a estimé par communiqué que la mairie a « oublié que bon nombre d’artisans, commerçants et entrepreneurs sont confrontés tous les jours à ces entreprises espagnoles qui viennent prendre des marchés en Cerdagne ainsi que dans le Roussillon (…) dans des conditions pas toujours très transparentes ». La future tête de liste, qui a déploré un « déballage d’articles dont la plupart vient de Chine », a provoqué la réaction immédiate du sénateur UMP François Calvet, maire du Soler et vice-président de la Communauté d’agglomération.

En 2012, Marine Le Pen a obtenu 27,76 % au Soler

Dans un bref message, le premier magistrat a tenu à préciser que l’événement économique de la veille, soldé par un « franc succès », était organisé par « l’Association des commerçants du Soler, soutenue par la municipalité, la Chambre de Commerce et d’Industrie, l’Association des marchés de France » et subventionné par le gouvernement catalan. M. Calvet, qui préside l’UMP des Pyrénées-Orientales, a indiqué que le marché critiqué par le FN s’inscrit dans un jumelage établi avec la ville de Puigcerdà il y a tout juste un an. Mais en s’appuyant sur les 27,76 % obtenus dans la ville du Soler par Marine Le Pen lors de l’élection présidentielle de 2012, le Front National tente de viser un point sensible, sur un terrain que seul le Parti Socialiste a abordé récemment. Le 28 février, au sujet de la présence de l’économie sud-catalane en Roussillon, le député des Pyrénées-Orientales Jacques Cresta affirmait en effet à l’Assemblée nationale une volonté de « pouvoir lutter contre des entreprises étrangères lorsque le seul critère mis en avant est celui du moins disant« . Cependant, opposer le domaine transfrontalier à la défense du « consommer français », également promu par ministère du Redressement productif, reste une gageure dans les Pyrénées-Orientales, où la contradiction naît de la position géographique.

Partager

Icona de pantalla completa