Langue
La Clau
Le « Droit à décider » sur l’indépendance prend forme à Barcelone
Langue

La démarche pour l’indépendance menée depuis 2012 par la présidence de la Catalogne est montée d’un degré le 23 janvier à l’occasion d’une déclaration de souveraineté du Parlement autonome du territoire, suivie d’une demande de suspension exprimée le 1er mars par le gouvernement espagnol. En continuité du processus, un nouveau palier était franchi ce 26 juin par un « Pacte national pour le Droit à décider », constitué au Parlement de Catalogne, à Barcelone. Cette assemblée inédite a réuni les partis politiques Convergence et Union, Gauche Républicaine de Catalogne, Initiative pour la Catalogne-Les Verts et les Candidatures d’Unité Populaire. Complétée par une quarantaine de représentants d’organismes à vocation économique, syndicale, éducative et culturelle, ou encore de l’ensemble des Chambres de commerce sud-catalanes, elle n’a pas comporté le Parti Socialiste de Catalogne, de nature fédéraliste, pas plus que le Partido Popular et la formation Ciutadans (citoyens), intrinsèquement centralistes.

Artur Mas écrira à Mariano Rajoy en juillet

Le président du gouvernement catalan, Artur Mas, réunit désormais une large palette politique et citoyenne sur le projet souverainiste catalan, tout en s’appuyant sur les 55,5 % d’opinions favorables à la création d’un Etat catalan. Cette stratégie sans précédent est vouée à démontrer au reste à l’Espagne et aux instances européennes qu’un projet d’indépendance mérite une consultation démocratique, en 2014, solution fortement réprouvée par Madrid. Cet autre palier, qui fera l’objet d’un courrier officiel transmis par M. Mas à Mariano Rajoy, courant juillet, devrait échouer dans le strict cadre espagnol. Cependant, le porte-parole du gouvernement catalan, Francesc Homs, affirmait ce 27 juin le souhait de « créer les conditions pour que tout type de gens approuve un acte majeur de démocratie, c’est à dire le vote ».

Partager