Langue

Dans l’après-midi du vendredi 21 novembre, le député socialiste Philipp Cordery a adressé un mail de haute importance à une trentaine de députés socialistes. Ce message contenait une proposition d’amendement voué à fondre la commission de la Défense de l’Assemblée nationale dans la commission des affaires européennes, qui serait devenue permanente. La première des deux aurait été supprimée pour que son activité soit plus opérationnelle, selon le modèle allemand. Le mode opératoire était singulier, car car seuls les opposants au projet étaient invités à se signaler, avant samedi 22 novembre à 10h. Le parlementaire Cordery, élu par les Français du Bénélux, a ainsi englobé parmi ses soutiens le député PS ds Pyrénées-Orientales, Jacques Cresta.

Une entorse au réglement PS

Ce début de semaine, Philip Cordery a été sommé de retirer son amendement, sur la demande expresse du président du groupe socialiste à l’assemblée, Bruno Le Roux. Il n’a pas respecté le règlement institué par ledit groupe, mais a mobilisé autour de lui 24 signataires, tous membres socialistes de la commission des Affaires européennes. Outre Jacques Cresta, ces élus sont Sandrine Doucet, Yves Daniel, Christophe Léonard, Estelle Grelier, Gilles Savary, Arnaud Leroy, Christophe Caresche, Marietta Karamanli, Audrey Linkenheld, Nathalie Chabanne, Joaquim Pueyo, Jean-Luc Bleunven, Jean-Jacques Bridey, Isabelle Bruneau, Yves Daniel, Jean-Patrick Gille, Chantal Guittet, Razzy Hammadi, Laurent Kalinowski, Rémi Pauvros, Christophe Premat, Philippe Bies et William Dumas et Ibrahim Aboubacar.

Partager