Langue
La Clau
Le député François Calvet, assigné en justice par son suppléant Henri Carbonell
Langue

L’embarras s’est emparé des instances dirigeantes de l’UMP des Pyrénées-Orientales face à un différend juridique inhabituel. Comme l’ont révélé ce mardi les Journaux du Midi, Henri Carbonell, adjoint au maire de Perpignan, Jean-Paul Alduy, de 1993 à 2009, vient d’attaquer en justice le député dont il est le suppléant, François Calvet, élu depuis 2002 sur la 3ème circonscription du territoire, la plus longue de France, étendue de Perpignan aux confins des régions de la Cerdagne et du Capcir. En toile de fond figure l’éloignement de M. Carbonell de la sphère liée à M. Alduy, puis sa dissidence affirmée, une menace de candidature en son nom propre aux municipales de 2009 et enfin un engagement en tant que n°5 sur la liste du candidat très à droite François Rivière, battu dès le premier tour de ce même scrutin. Les Journaux du Midi signalent que M. Carbonell, qui a quitté l’UMP a la rentrée, a assigné M. Calvet au tribunal des prud’hommes et qu’une audience de conciliation, le 12 octobre, n’a portée aucun fruit. Dans le cadre d’un tandem parlementaire, M. Carbonell était le salarié de M. Calvet, mais celui-ci l’a licencié en raison de notoires inconvenances.

Partager