Langue
La Clau
Le député Daniel Mach rejoint la « droite industrielle et ouvrière »
Langue

Le député-maire UMP de Pollestres Daniel Mach, dont les interventions à l’Assemblée Nationale ont concerné en 2010 tout autant la défense du monde agricole, et celui de l’hôtellerie, que la fiscalité, l’audiovisuel que les Français d’Outremer, s’est engagé ce mardi dans le domaine de l’industrie. A l’invitation du député tarnais Bernard Carayon, promoteur d’une « intelligence économique », M. Mach a rallié un collectif intitulé « Droite industrielle et ouvrière », lancé ce même jour. Ce groupe, qui souhaite promouvoir et « mieux affirmer le primat industriel » français, est composé de 39 députés, dont Olivier Dassault, descendant de l’industriel Marcel Dassault. Ces décideurs politiques inscrits dans les rangs de l’UMP, le plus souvent élus sur des circonscriptions industrielles, entendent cibler leurs efforts sur le secteur industriel, dans le but de redresser l’économie française à travers la mosaïque de ses bassins d’activité. Dans la profession de foi de ce collectif, les signataires s’avouent volontiers amis des « combats des ouvriers et de leurs entreprises (…) contre des concurrents déloyaux (…) contre des spéculateurs prêts à déménager leurs machines par une nuit sans lune ». Lancée dans la défense des Pôles de Compétitivité créés sous l’impulsion de l’Etat, dont le cluster DERBI de Perpignan, cette mouvance s’appuie aussi sur la conquête économique imaginée par le Général de Gaulle, en revendiquant pour l’industrie un statut de moteur d’une « économie réelle ». L’appartenance de Daniel Mach à ce lobby interne au Parlement, qui comporte la difficulté d’incarner le territoire peu industriel de la plaine du Roussillon, est cependant en phase avec son rôle de vice-président de la Communauté d’Agglomération Perpignan-Méditerranée, renouvelé ce lundi, avec pour délégations la stratégie, la communication, et le marketing économiques.

Partager