Langue

Le député UMP et maire de la ville de Pollestres, Daniel Mach, s’est exprimé ce jeudi sur la régulation de l’immigration en France, en lançant un avertissement. Selon l’élu, la tradition d’accueil de la République Française, dans un respect du droit d’asile, est à défendre, mais la politique en la matière « doit tenir compte (…) des capacités d’accueil et d’intégration de notre société ».

M. Mach, auteur d’une proposition de déchéance de la nationale pour certains délinquants d’origine étrangère, qui a échoué en mars dernier, reste très à l’aise sur les dossiers relatifs à l’intégration. En juillet 2010, il s’indignait auprès de Nicolas Sarkozy en décrivant l’hexagone comme le « territoire de véritables gangs » composés d’individus qui « se comportent comme des étrangers ». Cette fois-ci, il affirme un engagement personnel envers une politique migratoire qui « doit demeurer ferme », et entre indirectement en campagne pour son candidat, Nicolas Sarkozy, en vue de l’élection présidentielle de 2012. Selon lui, « depuis 4 ans, la politique du Gouvernement ne faiblit pas », comme le démontrent les chiffres. Alors qu’avant 2001, la France reconduisait annuellement dans leur pays d’origine jusqu’à 9000 personnes, 30.000 personnes sont désormais expulsées, tous les ans. Ce contexte permet à Daniel Mach, « en aucun cas partisan des régularisations massives », de se déclarer « très favorable à une régularisation au cas par cas ». À travers ces mots transpire une « immigration choisie », largement débattue lors de la campagne présidentielle de 2007 après avoir été suggérée par le candidat Sarkozy.

Partager