Langue

Les élections municipales de dimanche en Espagne entraîne un profond bouleversement des équilibres dans la province de Girona, qui comprend 750.000 habitants. Au delà de la victoire historique du candidat Carles Puigdemont à la mairie de Girona et de la confirmation de Santi Vila à la mairie de Figueres, 129 des 221 communes qui composent la province ont été remportées par le centre droit catalan Convergence et Union (CiU). Ainsi, quasiment toutes les municipalités importantes, capitales de « comarques », c’est à dire chefs-lieux de cantons, ou villes les plus peuplées, seront aux mains des « convergents », comme Albert Piñeira à Puigcerdà, Miquel Noguer à Banyoles, Jordi Munell à Ripoll, ou encore Jaume Torramadé à Salt, Josep Maria corominas à Olot, Carles Pàramo à Roses, Sònia Martínez à La Jonquera ou Josep Lluís Salas à Portbou.

Malgré une avance en vote, c’est le centre-gauche indépendantiste catalan d’ERC qui prend la deuxième position en nombre de conseillers municipaux, et dirigera 36 communes de la région de Girona, pour l’essentiel modestes, avec Roger Torrent à Sarrià de Ter et David Mascort à Vilablareix, deux villes de l’agglomération de Girona. Pour leur part, les grands perdants du Parti Socialiste de Catalogne abandonnent leurs fiefs historiques, et ne dirigeront plus que 33 communes de la région, pour l’essentiel modestes, mis à part Vilafant, avec Consol Cantenys, Camprodon, avec Esteve Pujol, ou encore Ramon Roqué à Sant Joan de les Abadesses. A Blanes, L’Escala et Palamós, sur la Costa Brava, les socialistes Josep Marigó, Estanislau Puig, et Maria Teresa Ferrés, devront composer au sein d’une coalition municipale. Seul le cas de Palafrugell reste problématique, car ERC et le PSC disposent d’un nombre de conseillers municipaux équivalent, et devront donc pacter pour accomplir le mandat à venir, d’une durée de quatre ans.

Les élections municipales espagnoles étant à la base de la composition de la « Diputación », équivalent des Conseils Généraux français, et des Consells « Comarcals », assemblées établies au niveau des cantons, CiU accomplit le grand chelem. Le parti s’apprête à diriger la Diputació de Girona, par la voix du maire élu de la ville de Banyoles, Miguel Noguer, tout comme les 8″ consells comarcals » que sont l’Alt Empordà, le Baix Empordà, la Basse Cerdagne, la Garrotxa, le Gironès, le Pla de l’Estany, le Ripollès et la Selva.

Partager