Langue

La très controversée réforme du travail imaginée par le gouvernement de José Luis Rodríguez Zapatero recevra le soutien des grands élus nationalistes catalans de la coalition Convergència i Unió (CiU). En ce sens, le président de la formation de sensibilité de centre-droit, Artur Mas, a affirmé ce jeudi à Mollet del Vallès, près de Barcelone, que les représentants de son parti au Sénat et au Congrès espagnol faciliteront l’approbation des réformes. M. Mas, qui juge le plan socialiste espagnol «manifestement améliorable », a promis une attitude favorable de CiU à ce sujet, mais doit d’abord obtenir l’aval de ses cadres, ce mardi. Depuis les années 1980, les nationalistes catalans ont épaulé le premier ministre socialiste espagnol Felipe González, puis son successeur, le très droitier José María Aznar, dans l’intérêt de la Catalogne, tout en préservant les équilibres espagnols, notamment économiques. Dans le cas présent, CiU, parti majoritaire en nombre d’élus en Catalogne du sud, mais dans l’opposition au Parlement de Catalogne, souhaite renforcer son rôle décisif à l’échelle de tout le territoire espagnol, dans une politique d’ouverture préalable aux élections catalanes, qui se dérouleront cet automne.

Partager