Langue

Le catalan Manuel Valls, figure montante du Parti Socialiste français, met les pieds dans le plat de la composition sociale française. Sur un modèle à rapprocher de la conception espagnole ou américaine, où l’origine ethnique des citoyens ne constitue pas un tabou mais une simple caractéristique individuelle, le député-maire de la ville d’Evry, en région parisienne, prépare une proposition de loi sur les « statistiques de la diversité », présentée samedi lors d’un colloque qui a réuni, dans sa mairie, des personnalités du MEDEF, de la Haute Autorité de Lutte contre les Discriminations et pour l’Egalité (HALDE), des universitaires, ainsi que l’intriguant socialiste Olivier Ferrand, élu de la ville de Thuir, en Pays Catalan. Dans un communiqué, M. Valls, qui évolue sur un terrain ultra-sensible, souhaite mettre fin à des discrimations de fait et évoque la « ligne invisible » de la « couleur de peau », qui sépare « certains Français des autres ». Le sud-catalan, ancien soutien de Ségolène Royal, considère que « les enfants noirs, arabes ou asiatiques doivent pouvoir avoir les mêmes rêves, les mêmes envies et le même avenir, à compétences égales, que les enfants blancs ».

Partager