Langue

Le flot d’informations déclenché par la sortie de Georges Frêche sur Laurent Fabius a failli noyer une affirmation d’un autre socialiste. Ce jeudi, le Catalan de Barcelone Manuel Valls, député-maire en région parisienne, a en effet décrit, dans une vive critique à son actuel président, le Languedoc-Roussillon, comme une région qui « ne pèse rien par rapport au risque de perdre l’essentiel, nos valeurs ». Dans l’incendie virtuel allumé dans le deuxième parti de France, l’une de ses figures montantes avoue, via un communiqué transmis à l’Agence France Presse, l’inégalité de fait des régions de la République. Par cette note personnelle, Manuel Valls, membre du bureau national du PS, révèle l’égard que les sphères de décision parisiennes manifestent envers la région bicéphale, qui apparaît dernièrement comme un territoire en périphérie extérieure de la France. Sur le même registre, en 2007, le candidat à l’élection présidentielle Nicolas Sarkozy avait évoqué un « trou perdu » pour désigner Perpignan, après un meeting organisé dans la ville. Selon l’hebdomadaire l’Express, M. Sarkozy avait précisé exactement « faire 800 personnes dans un trou perdu comme ici, ça ne peut pas ne pas payer », confirmant le caractère négligeable du Pays Catalan dans l’ensemble français.

Partager

Icona de pantalla completa