Langue

Le 30 septembre 2010, le maire divers droite de la ville du Barcarès, Joëlle Ferrand, a fait l’objet d’une condamnation par la cour d’appel de Montpellier, assortie d’une peine d’inéligibilité de 5 ans. Un pourvoi en cassation avait été lancé par l’intéressée, mais un avis donné par la cour ce lundi, suivi dès ce mercredi d’une confirmation définitive, précipite les événements. Dans une totale anticipation, Mme Ferrand s’est résolue dès lundi à poser sa démission sur le bureau du préfet des Pyrénées-Orientales, Jean-François Delage, qui l’a aussitôt acceptée. L’élue reste cependant conseillère municipale.

La lourde condamnation infligée à la première magistrate, élue en 1999, concerne l’affaire dite du « dragage du port » du Barcarès, qui avait fait l’objet d’une relaxe, en octobre 2009. Les faits reprochés, identifiés par la justice dès 2005, bien que remontant à 2003, concernent des travaux d’assainissement de la zone portuaire communale, effectués sous couvert d’une nécessité collective, mais en réalité au bénéfice d’un ancien pêcheur et conseiller municipal. Les atteintes portées à la gestion municipale ont aussi comporté, en février 2010, une vive critique de la très sérieuse Cour des Comptes, au sujet de la gestion de certaines fonctions municipales, déléguées à des sociétés publiques à la « comptabilité peu fiable ».

La fin de ce feuilleton judiciaire, déjà vieux et bien sinueux, s’inscrit dans la perspective de nouvelles élections municipales au Barcarès, en conséquence des sanctions qui concernent Mme Ferrand, condamnée à 18 mois de prison avec sursis, 5 ans d’inéligibilité et 10.000 euros d’amende. L’opposition municipale ayant quitté les bancs du conseil municipal depuis 3 ans, un scrutin devient légalement indispensable, dans la prévision d’y retrouver l’ombre de l’ancienne première magistrate. Indéniablement aimée, celle-ci avait obtenu, en 2008, un résultat de 62,86% dès le premier tour des municipales. Son époux et ancien maire de 1995 à 2001, Alain Ferrand, ne devrait pas rester étranger à cette échéance, après avoir réalisé, spécifiquement au Barcarès, un score de 52,33% lors des dernières élections cantonales partielles de son secteur, en juin 2010. La population du Barcarès devrait être appelée à désigner un nouvel édile à la fin du mois d’août, selon une information que le ministère de l’Intérieur doit confirmer dans les prochains jours.

Partager