Langue
La Clau
Le Barcarès: candidature inéluctable de l’ancien maire Alain Ferrand
Langue

La tenue d’élections municipales au Barcarès, suite à la confirmation, le 29 juin, de l’inégibilité de la première magistrate, Joëlle Ferrand, entraîne les première manoeuvres. Jeudi, un événement organisé par les élus de la majorité municipale, essentiellement UMP, a attiré quelque 200 habitants face à l’Hôtel de Ville. Pendant plusieurs heures, un hommage a été rendu à Mme Ferrand, élue en 1999, à laquelle les administrés ont pu d’adresser directement, après avoir déposé un message écrit dans une urne prévue à cet effet. Mais surtout, le nom de son époux et prédécesseur de 1995 à 1999, Alain Ferrand, a été largement cité, sans retenue, pour une candidature de relais. Cette éventualité se précisera dans les prochains jours, en vertu d’une possibilité arithmétique évident, car les élections cantonales partielles de juin 2010 ont offert au candidat Ferrand, sous label du Centre National des Indépendants et Paysans (CNI), une score de 52,33% dans sa propre ville, lors d’un scrutin qui tenait lieu de test. Son capital sympathie est garanti, d’autant qu’en 2008, son épouse avait recueilli 63% dès le premier tour des municipales.

Un simple de chaises musicales peut ainsi se produire, face à l’offre d’une opposition déjà déclarée. Jeudi, également, la liste « Le Citoyen barcarésien« , menée par l’ancien restaurateur Disaro, nous communiquait sa colère: « De nombreux Barcarésiens nous ont contactés pour nous faire part qu’ils étaient choqués de l’invitation téléphonique, qu’ils avaient reçue des élus municipaux, à venir habillés de blanc (…) pour dénoncer une décision de justice et soutenir l’ancienne mairesse ». Au-delà de cet avatar, les adversaires, « extrêmement choqués du détournement de cette couleur » (le blanc – ndlr) « généralement utilisée dans le cadre de marche silencieuse suite à la mort de jeunes victimes », devront construire un argumentaire positif. Leur possible adversaire, dont le site Internet relaie déjà la position municipale, ne disposait encore, ce dimanche, que de 27 « amis Facebook » et 37 « followers » sur Twitter. Mais cet ancien collaborateur de Jean Puech, ministre de l’Agriculture de Jacques Chirac, jamais étranger des campagnes municipales de son épouse, était jusque-là en préchauffage, dans un pays où l’incidence d’Internet sur les scrutins reste mineure. Les prochaines municipales du Barcarès, illustrées par un simple changement de prénom du côté de la majorité sortante, devraient se dérouler le dimanche 28 août 2011, et éventuellement le 4 septembre, en cas de second tour.

Partager

Icona de pantalla completa