Langue

Un marché de travaux est mis en concurrence sur la “requalification du quai Dezoums” de Port-Vendres, dans le cadre d’un programme de développement durable lancé par le Conseil départemental des Pyrénées-Orientales, jusqu’au 26 mai. Cet appel comporte une clause de promotion de l’emploi d’allocataires du Revenu de Solidarité Active (RSA), selon la volonté de “lutte contre l’exclusion“, liée à la “politique volontariste” de la majorité sortante, socialiste et communiste. Les entreprises candidates devront donc solliciter les services de personnes en difficultés et effectuer “toutes les études fournitures et mises en oeuvre nécessaires à la complète réalisation des ouvrages”, indique le document source. La société Eiffage s’est déjà positionnée sur ce marché, dont le montant pourrait s’élever à 20 millions d’euros.

Cette initiative semble constituer une signature politique appuyée, à l’approche du premier tour des élections départementales, attendu le 20 juin. La coïncidence interpelle les observateurs de la gestion de l’argent public dans les Pyrénées-Orientales, alors même que la relance du port de Port-Vendres, dont la mairie n’a pas la responsabilité, n’est pas reconnue pour son caractère pro-actif.

Partager