Langue
La Clau
L’Alternative dénonce la prostitution de mineurs à Perpignan et la politique sécuritaire de la mairie
Langue

La liste “L’Alternative”, qui a obtenu 6,5 % au premier tour des municipales de Perpignan en 2020, prend position sur la politique sécuritaire du maire, Louis Aliot. Dans un communiqué de ce 25 mai, le collectif d’extrême gauche intellectuelle dénonce le “tout-répressif” du premier magistrat d’extrême droite. Il lui est reproché d’avoir pris un arrêté contre les mendiants, d’avoir créé un nouveau poste de police (deux de plus sont attendus) et d’avoir ajouté une vingtaine de policiers municipaux aux 150 déjà en poste, sans actions de prévention “basées sur des données claires sur l’état de la délinquance locale”. L’extension du dispositif “voisins vigilants” et de la vidéosurveillance, avec 24 caméras supplémentaires aux 305 existantes, sont également visés, ce dernier volet pour un coût de 600 000 euros.

L’Alternative estime que cette politique sécuritaire “amplifie le sentiment d’insécurité et favorise tensions et divisions” et accuse la “casse du service public” de provoquer la “désertification de quartiers entiers”, tout en avertissant de la “situation alarmante de la prostitution, notamment des mineurs”. Il préfèrerait une police municipale “recentrée sur des tâches de proximité (…) pour prévenir les incivilités du quotidien” , et non une “course à l’armement”.

Le “collège” de L’Alternative, composé de Lydie Bunouf, Olivier Gandou, Caroline Forgues, Dominique Janin et Jean-Bernard Mathon, donne sa solution à l’insécurité. Ce phénomène sera estompé à condition de “créer des liens dans la cité, de penser l’aménagement urbain, de développer ou inciter au
développement de services et d’activités de proximité, projet global qui peut faire reculer la violence”
. Précisément, dans ce même contexte, la mairie de Perpignan présente ce jeudi 27 mai, dans le quartier du Vernet, son nouveau dispositif de “médiateurs de quartiers”, un ensemble de 14 personnes “à l‘écoute des Perpignanais dans tous les quartiers de la ville”.

Partager