Langue

Le pragmatisme économique allemand incite à ne pas lutter contre une sortie de la Grèce de la zone euro, selon une révélation de Der Spiegel. Le 3 janvier, l’hebdomadaire allemand affirmait que le gouvernement d’Angela Merkel étudie cette possibilité en vertu de la possible victoire du parti de gauche radicale Syriza, mené par Alexis Tsipras. Cette solution est « inévitable », selon le journal, car le futur gouvernement grec abandonnerait l’austérité et les réformes. Des « sources proches du gouvernement » allemand soutenant directement Mme Merkel et le ministre des Finances, Wolfgang Schäuble, estimeraient l’euro viable malgré cette sortie. Le contagion crainte en 2012, au pire de la crise de l’euro, n’aurait pas lieu car l’assainissement des finances du Portugal et de l’Irlande, maillons faibles des dernières années juste devant l’Espagne, est une garantie. En outre, le « mécanisme européen de stabilité constitue un dispositif de sauvetage solide et l’Union bancaire assure la sécurité des instituts de crédit », soulignent les sources, qui n’ont pas été contredites par Mme. Merkel et M. Schäuble.

Partager

Icona de pantalla completa