Langue

Ces dernières semaines, les Cours d’Enseignement de Langues et Culture d’Origine (ELCO) à l’école suscite une polémique à Perpignan. En effet, un enseignant en poste jusqu’en 2015 dans les établissements Pasteur-Lamartine, Jules Ferry et Victor Duruy, aurait profité de cours d’arabe pour effectuer du prosélytisme musulman. Or, dans cette actualité délicate intervient un document émis courant février par les autorités académiques des Pyrénées-Orientales. La formation politique Convergence Démocratique de Catalogne (CDC) s’est procuré cette feuille d’information adressée aux parents d’élèves de l’école Anatole France. Elle dit : «votre enfant peut recevoir à l’école un enseignement de langue turque sous la responsabilité et le contrôle du Ministère de l’Education nationale».

Favoritisme linguistique ?

CDC, qui prévient ne pas être «opposé au turc ou toute autre langue à l’école», s’étonne que l’inspection académique «fasse du zèle pour le turc, tout en bloquant le catalan». Le parti centriste croit savoir qu’à la rentrée 2016 «l’arbitraire des fonctionnaires locaux réduira l’enseignement en langue catalane, dans le cadre de la réforme des collèges».

Partager